Actualités

Le mois des fiertés, ok. Et le reste de l’année ?

Au mois de juin, peu importe la météo, l’arc-en-ciel est de sortie. Passage piéton, logo de marques, drapeaux, manifestations, communications… Le premier mois de l’été est à la fois inclusif et coloré. Quid du reste de l’année ? 📜 Un peu d’Histoire… Nous sommes à New-York, fin juin 1969. Le Stonewall Inn, un bar homosexuel, […]

Retour au blog

Au mois de juin, peu importe la météo, l’arc-en-ciel est de sortie. Passage piéton, logo de marques, drapeaux, manifestations, communications… Le premier mois de l’été est à la fois inclusif et coloré. Quid du reste de l’année ?

📜 Un peu d’Histoire…

Nous sommes à New-York, fin juin 1969. Le Stonewall Inn, un bar homosexuel, accueille ses clients et la fête bat son plein. L’atmosphère festive et pacifique de la soirée est perturbée par l’arrivée des forces de l’ordre, s’en suivra plusieurs jours d’émeutes et manifestations. L’émancipation des personnes homosexuelles et bisexuelles débute dans une société où règnent homophobie, lesbophobie et transphobie.

En France, il faudra attendre 1991 et la création de l’association Gay Pride pour que l’évènement du même nom voit le jour. Ainsi, dans l’hexagone et aux quatre coins du globe, l’orientation sexuelle se célèbre, et les droits de l’Homme avancent.

📊 Un peu de données…

L’année 2022 marque les 40 ans de la dépénalisation de l’homosexualité en France. Même si dans certains pays, notamment d’Afrique et du Moyen-Orient, être homosexuel expose à des peines de prison et de mort, la cause LGBTQIA+ connaît une avancée certaine ces dernières années (mariage pour tous, homosexualité dépénalisée dans de nombreux pays etc.). Ces aspects que l’on peut considérer de “personnels”, peuvent finalement cacher des entorses toujours présentes, notamment dans la vie professionnelle.

L’Autre Cercle, association favorisant l’inclusion des personnes LGBTQIA+ au travail, a publié son baromètre LGBT 2022. Parmi l’ensemble des données mises en avant, nous pouvons nous arrêter sur ces deux chiffres :

  • 55% des LGBTQIA+ ont déjà entendu des expressions LGBT-phobes au travail contre 34% des non-LGBTQIA+.
  • 30% de LGBTQIA+ victimes d’au moins un comportement LGBT-phobe dans leur organisation

Ces chiffres laissent apparaître deux tendances :

1/ La perception de comportements LGBT-phobes varie selon que les personnes soient concernées ou non. On aurait tendance à dire que cela est normal, puisqu’une personne homosexuelle sera plus sensible aux propos homophobes. En prenant cette constatation à l’envers, il apparaît une banalisation de propos discriminatoires et/ou LGBT-phobes. Finalement, banaliser ces comportements ne fait que nourrir un climat non inclusif, dans lequel il est difficile de s’épanouir.

2/ Homophobie, transphobie et tout autre forme de “phobie” à l’égard de l’identité de genre et sexuelle prend encore trop de place dans notre société. Bien que des progrès soient faits, la neutralité n’est (toujours) pas dominante.

🏳️‍🌈 Et surtout, beaucoup de tolérance !

L’association l’Autre Cercle a publié une Charte d’Engagement LGBT+, dans laquelle des bonnes pratiques d’inclusion sont données. Selon les données récoltées, 63% des personnes LGBTQIA+ travaillant dans une entreprise signataire de la Charte considère que, pour améliorer l’inclusion des LGBTQIA+, le principal levier est les opérations de sensibilisation.

Vous pouvez retrouver cette Charte sur le lien suivant : Charte_Signature_07_2021 (Accenture).indd (autrecercle.org)

Finalement, pour faire évoluer les mentalités à son niveau, il est important de créer un climat de tolérance et d’inclusion, et cela non seulement pour les personnes LGBTQIA+. La lutte pour l’acceptation et la tolérance est le reflet de nombreux autres combats. Nous pouvons étendre cette observation à tous les jugements et discriminations s’opérant aujourd’hui sur la différence ; de sexe, d’origine, de couleur, sexuelle, religieuse, de handicap etc.

N’oublions pas non plus que la tolérance se fait dans les deux sens. N’éloignez pas les personnes sous couvert de soupçon d’homophobie. Il est aussi important de garder en tête que certaines personnes peuvent être éloignées des considérations LGBTQIA+, le travail peut donc être le lieu de rencontre et d’éducation sur des sujets dont nous sommes loin.

Finalement, le rôle de l’entreprise ne serait-il pas de sensibiliser, écouter et inspirer ? Et ce sur l’ensemble des sujets que l’on peut considérer, à tort ou à raison, comme tabou.

Alors, le mois des fiertés est terminé, mais c’est toute l’année qu’il faut (re)penser son modèle de diversité et d’inclusion, afin de créer une société, belle et bienveillante.

Envie d’accélérer votre engagement sociétal ?DEMANDEZ UNE DEMO !

30-06-2022

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour au blog