Entreprises Collaborateur

18 mois de télétravail : quel bilan et perspectives ?

Près d’un an et demi après le début du premier confinement, et alors que le retour progressif au travail en présentiel se remet doucement en ordre de marche, le télétravail semble être déjà rentré dans les habitudes des salariés. Autrefois pratiqué par 3% des Français, il concernait en mars 2020 près de 40% des actifs, […]

Retour au blog

Près d’un an et demi après le début du premier confinement, et alors que le retour progressif au travail en présentiel se remet doucement en ordre de marche, le télétravail semble être déjà rentré dans les habitudes des salariés. Autrefois pratiqué par 3% des Français, il concernait en mars 2020 près de 40% des actifs, de quoi remettre en question la structure même du monde du travail actuel. Car si certaines entreprises, prises parfois de court au démarrage, ont connu des difficultés d’organisation qui ont nécessité quelques variables d’ajustement, il semble aujourd’hui convaincre tant du côté entreprise que salarié. Véritable révolution des modes de travail, il rebattrait même les cartes d’un point de vue compétitif, social, et écologique.

 

Quelles conséquences pour les collaborateurs et entreprises ?

Meilleure autonomie, responsabilisation, flexibilité, amélioration de la santé mentale et du cadre de vie, diminution du temps de transports : le télétravail présente des avantages indéniables pour les collaborateurs.

Bien que moins d’1/3 des actifs seraient éligibles au télétravail, une étude de l’Institut Sapiens révèle que 55% d’entre eux envisagent que cette pratique se généralise, sans pour autant plébisciter le télétravail à 100%. Un nouveau mode de travail, hybride, fait donc son apparition dans nombre d’entreprises, avec pour conséquences une réorganisation des espaces de travail, des formations pour les équipes managériales, ou encore des espaces de coworking mis à la disposition des employés pour garder du lien social…

Côté entreprise, une récente étude de la DGT (Direction Générale du Travail) pointe de nombreux avantages : augmentation de la productivité horaire des employés (entre 5% et 30%) grâce à une meilleure concentration et autonomie, réduction des coûts immobiliers, énergétiques, salariaux pour les entreprises. Deux ou trois jours de télétravail par semaine serait le rythme idéal selon la DGT.

 

Un nouvel exode urbain

Et si le salarié de demain n’avait plus besoin de choisir son lieu de résidence en fonction de son lieu de travail ?

En effet, les confinements successifs depuis un an et demi ont permis à de nombreux salariés de se rendre compte que travail et vie à la campagne n’étaient pas incompatibles. Un véritable déclic puisqu’on estime qu’un cadre sur cinq a recherché un emploi en dehors de l’Île-de-France au premier trimestre 2021 (étude Cadremploi).

Beaucoup de salariés souhaitent désormais quitter les centres urbains pour investir les campagnes, retrouver des espaces plus grands, plus verts, plus calmes et ainsi améliorer leur qualité de vie. En première ligne, les parisiens, qui sont de plus en plus nombreux à quitter la capitale pour s’installer en grande couronne ou en province. Selon une étude de l’ADEME, 50% des télétravailleurs interrogés exprimaient le souhait de s’éloigner de leur lieu de travail pour gagner en confort de vie. Les effets se font déjà ressentir puisque l’achat de biens immobiliers dans Paris Intramuros a baissé de 8% depuis 2020.

Une étude de l’institut Sapiens estime d’ailleurs que le taux de satisfaction des personnes habitant en milieu rural ou péri-urbain est de 13 points supérieurs à celui des habitants d’une métropole.

En outre, certains ont même fait le choix de partir vivre à l’étranger après s’être vus proposer de travailler à distance à 100%. Un nomadisme professionnel qui occasionne par conséquent quelques secousses au sein des législations d’entreprises et des conventions collectives.

 

Quid de l’impact environnemental ?

Alors entre diminution des trajets quotidiens et augmentation des conférences en visio, vers quoi penche la balance ?

Pour commencer du côté des impacts positifs, le télétravail supprime naturellement tout ou partie des trajets domicile-travail. L’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie) estime que cette réduction de trajets représente une baisse de 271 kg eqCO2 par an pour une journée de télétravail hebdomadaire. Reste à savoir si les journées de télétravail suppriment entièrement, ou non, les trajets autres que ceux pour se rendre au travail. De récentes études ont montré que les habitudes de consommation des salariés en home office ont considérablement changé, prenant l’habitude de se déplacer plus volontiers à pieds ou à vélo dans un rayon proche et à davantage solliciter les commerces de proximité.

Les entreprises ont également de plus en plus recours au « flex office » (système où les collaborateurs ne disposent pas de poste de travail fixe) ce qui les encourage à diminuer leur foncier, et par conséquent réduit leur consommation énergétique. Sur 26 entreprises interrogées par l’ADEME en septembre 2020 (soit 350 000 salariés), 27 % étaient déjà passées en flex office et 39 % disaient y réfléchir.

Parmi les effets rebonds défavorables, on note une surconsommation énergétique au domicile (chauffage, électricité…) en particulier dans la saison hivernale, ainsi qu’une pollution numérique accrue due notamment à l’explosion des visioconférences, dont la consommation d’énergie est multipliée par 3 lorsqu’elle se fait avec vidéo. Autre effet rebond, une augmentation des achats de matériel informatique (gourmands en métaux rares) ou équipements permettant de travailler dans de bonnes conditions qui alourdit la facture énergétique.

L’ADEME conclut dans son étude que les effets bénéfiques sont indéniables et justifient l’encouragement du développement du télétravail. Pour aller plus loin, des programmes de sensibilisation au Green IT ou mobilité durable dotés d’écogestes peuvent permettre aux entreprises et aux collaborateurs de nettement réduire leur impact environnemental.

 

Bien vivre le télétravail

Bien que de plus en plus plébiscité par les actifs, le télétravail peut comporter certains risques qu’il ne faut pas sous-estimer. La QVT (Qualité de Vie au Travail) prend alors une nouvelle forme, elle devient la QVTT (Qualité de Vie en Télétravail). Tour d’horizon de 6 bonnes pratiques pour bien vivre le télétravail.

  1. S’imposer des horaires

Pour ne pas travailler en « roue-libre », il est indispensable de cadrer ses journées dans le temps. Difficile quand on sait la malléabilité de l’emploi du temps du télétravailleur qui peut étirer ses journées à l’envi. Mais s’obliger à couper le soir à heure fixe pour déconnecter de sa journée est essentiel pour conserver une bonne santé mentale et la motivation dans son travail.

  1. Limiter les réunions

Privilégier des réunions de 45 minutes plutôt qu’1h et ne pas remplir toutes ses journées de visioconférences, font partie des solutions efficaces pour se garder des espaces pour avancer sur ses dossiers, et ainsi augmenter sa concentration et sa productivité.

  1. Garder sa routine habituelle

Le temps de trajet pour aller et revenir de son travail est parfois considéré comme un véritable sas de décompression pour réfléchir, méditer, écouter de la musique ou encore lire. Garder cette habitude, même en télétravail, permet de démarrer et terminer sa journée par quelques minutes plaisir, et de mettre plus facilement son cerveau en pause en dehors de ses heures de travail.

  1. Bien organiser sa journée

Pour travailler efficacement et sereinement, il est indispensable de bien planifier ses journées : déterminer ses objectifs et priorités, prévoir du temps pour les imprévus… La méthode Pomodoro invite par exemple à organiser ses journées sur des sessions de 25 minutes pour optimiser ses temps de concentration sur une tâche, puis de s’octroyer 5 min de pause.

  1. Garder du lien social

Pour que la relation à distance ne soit pas perçue comme un frein, il est important de garder des moments d’échange et de laisser la place aux discussions informelles. Pour cela, saluez vos collègues le matin, organisez des pauses café digitales quotidiennes à heure fixe, ou favorisez l’interaction grâce à des plateformes participatives qui boostent la cohésion et l’engagement telles que CitizenWave.

  1. Trouver son rythme

Yoga matinal, footing du midi, réunions plutôt le matin pour pouvoir se concentrer l’après-midi… L’avantage du télétravail est de pouvoir adapter ses journées en fonction de son rythme. Il ne faut pas hésiter à composer avec cette flexibilité et à s’écouter et pour trouver un bon équilibre et concilier au mieux vie professionnelle et personnelle.

Envie d’en savoir plus sur nos solutions pour booster la cohésion et l’engagement des collaborateurs à distance grâce au développement durable et sur nos parcours de sensibilisation sur le Green IT et la QVT ? Contactez-nous ici.

Envie d’accélérer votre engagement sociétal ?DEMANDEZ UNE DEMO !

26-07-2021

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour au blog